Kritische Untersuchung des Werks von Michéa (Anselm Jappe)

La critique porte autant sur la compréhension par Jean-Claude Michéa de la source du libéralisme (dans son Empire du moindre mal, J.-C. Michéa soutient que la logique des intérêts calculés est apparue comme un moindre mal comparativement aux religions et à la morale qui ont plongé l’Europe dans des guerres interminables), que sur la solution qu’il esquisse pour ne pas sombrer dans le despotisme qui guette les sociétés libérales où le sens du commun s’étiole : le développement de la common decency, de l’amitié, de l’entraide, de la réciprocité, toutes choses animées par l’esprit du don, dont Anselm Jappe relève bien les ambiguïtés. Le tout inspiré par Marx, à la réhabilitation duquel A. Jappe oeuvre par ailleurs (…)

Quelle: http://www.journaldumauss.net/?Examen-critique-de-l-ouvrage-de